D’après une étude réalisée par EUROPE n° 1, publiée dans le journal LES ECHOS, les cadres français passent environ 25 jours par an en réunion.

Réunions qu’ils jugent inutiles, trop longues, mal préparées.

Lire l’article…
Lire d’enquête de l’IFOP…

Des chiffres significatifs

Toujours selon l’enquête d’EUROPE n° 1

Pendant les réunions, 81% des cadres s’occupent en faisant autre chose.

52 minutes, pas plus. C’est une enquête qui pourrait intéresser les managers : les cadres décrochent au bout de 52 minutes de réunion en moyenne, alors que celles-ci durent en général une demi-heure de plus, révèle un sondage Ifop rendu public récemment. Selon l’enquête, 92% des cadres participent régulièrement à des réunions, avec en moyenne trois rendez-vous par semaine. Et chaque rencontre dure 1h19 en moyenne. Or les cadres indiquent que leur attention commence à diminuer au bout de 52 minutes. Ils sont même 23% à perdre le fil après moins de 30 minutes et seuls 37% à dire tenir 1 heure ou plus, selon le sondage réalisé pour Wisembly, site dédié aux réunions d’entreprise.

Des occupations diverses en réunion. Pendant les réunions, 81% des cadres s’occupent en faisant autre chose. La moitié (51%) lisent ou envoient des mails, travaillent sur d’autres dossiers (49%), lisent ou envoient des SMS (48%). Certains font aussi des dessins (37%), jouent sur leur téléphone (10%), vont sur les réseaux sociaux (8%), organisent leurs week-ends ou vacances (7%) ou encore vont sur des sites de rencontre (2%).

Arrivé sans connaître l’ordre du jour. Plus du quart des cadres (27%) disent qu’il leur est arrivé souvent ou systématiquement de sortir de réunion en ne sachant pas précisément ce qu’ils doivent faire, et pratiquement autant (25%) d’y arriver sans connaître l’ordre du jour. Ils sont aussi 15% à dire qu’il leur arrive de sortir de réunion en étant incapable de restituer ce qui vient d’être dit ou décidé. L’an dernier, Ifop et Wisembly avaient aussi demandé aux cadres s’il leur était déjà arrivé de s’endormir en réunion et 32% avaient répondu affirmativement.

Et si vous passiez au WEBINAIRE ?

Dominique_OHEIX2

Le webinaire, néologisme issu de la contraction entre

 « web » et « séminaire » ou « réunion à distance » est aussi appelé « classe virtuelle », même si cet intitulé correspond davantage à des activités pédagogiques.

L’intérêt du numérique dans le travail collectif

Les activités collaboratives numérisées présentent le même intérêt que les activités en présentiel : présentation d’un contenu à un groupe, débats, échanges d’idées, de propositions, mais le numérique offre de nouveaux bénéfices : des évènements de meilleure qualité, une meilleure mutualisation des ressources, un meilleur suivi individuel et collectif.

Une meilleure qualité

Qu’il s’agisse d’un évènement commercial, d’une réunion de travail ou de formation, c’est la préparation de l’évènement qui garantit sa qualité et son efficacité. Très souvent pressés par le temps, nous négligeons de préparer suffisamment les réunions, pensant « qu’on avisera » une fois sur place. Pourtant, c’est le plus grand reproche formulé dans l’enquête d’Europe n°1 : « Les réunions ne servent à rien » disent les personnes interrogées : Sans réflexion préalables, les participants ne peuvent prendre les décisions souhaitées et tout le monde repart frustré.

Le numérique ne laisse aucune place à l’improvisation et c’est un de ses intérêt majeur.

Un meilleur suivi

La plateforme numérique est capable d’assurer un suivi individuel et collectif très efficace. Tout est tracé : les documents, les compte-rendus, les ressources nombreuses et variées. Chacun a la possibilité, depuis son ordinateur, de suivre les travaux des uns ou des autres ou d’intervenir sur la l’élaboration d’un document commun. L’animateur, quant à lui, dispose d’une vision d’ensemble et de la possibilité d’un suivi en temps réel impossibles autrement.

Les témoignages que nous recevons sur les bénéfices du numérique relatent tous le plaisir retrouvé de « faire ensemble ». En effet, tandis qu’à la fin d’une réunion chacun repart dans sa région, avec le numérique demeure un lien fort et continu. On se connaît et l’on va dès lors construire une relation de travail dans la durée, le mot « équipe » prenant alors tout son sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *